mardi 28 septembre 2021

ARSÈNE LUPIN - SAISON 1, ÉPISODE 2: VICTOR DE LA BRIGADE MONDAINE (ORTF, 1971)

Dans Lupin, la série Netflix, Omar Sy suit les traces d'Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur créé par l'écrivain Maurice Leblanc (1864-1941). Parmi les précédentes adaptations de l'oeuvre de l'auteur, la plus connue est Arsène Lupin (1971-1974). Avec Georges Descrières dans le rôle-titre, cette version demeure une des séries les plus populaires de l'Histoire de la télévision française.

L'Europe à la fin des années 1920. Élégant et charmeur, Arsène Lupin vole sans violence. Ce maître du déguisement ridiculise les autorités et les meilleurs enquêteurs, bien que lui-même aime jouer les détectives. Spécialement si une jolie femme est impliquée  

« Voler oui! Et encore, à condition de ne voler que des nantis, que des injustes ou des exploiteurs. Et d'ailleurs Lupin ne vole pas. Il rétablit l'équilibre.  »

Le célèbre personnage imaginé par Maurice Leblanc est d'abord apparu dans 39 nouvelles et 17 romans entre 1905 et 1939. Plusieurs acteurs ont interprété Arsène Lupin au cinéma, dont Robert Lamoureux en 1957 et 1959. En 1960, Jean Gascon a joué Lupin dans une adaptation en 13X25 minutes du roman L'Aiguille creuse pour la télé canadienne (1). Durant la décennie, le scénariste et réalisateur Jacques Nahum essaie de convaincre la télévision française de l'intérêt de faire d'Arsène Lupin une série. Nahum, qui avait adapté Le Saint avec le film Le Saint mène la danse (1960), voulait transposer les aventures de Simon Templar pour le petit écran mais n'avait pu obtenir les droits. 
 
Fin 1968, L'Office de Radiodiffusion-Télévision Française (ORTF) décide de produire 13 épisodes d'Arsène Lupin avec Mars International Productions (la société de Jacques Nahum) et Pathé. L'acteur de théâtre et de cinéma Georges Descrières (de la Comédie-Française) est choisi pour le rôle principal en 1969. La chaîne allemande WDR, Radio-Canada, les Autrichiens d'ORF, la télévision belge, les Hollandais de NCRV, la RAI et les Suisses deviennent coproducteurs. Ce financement international permet un budget confortable et fait voyager Lupin en Europe avec son chauffeur Grognard (Yvon Bouchard) (2)

« Monsieur, dans la police on sait mourir.
- Dans la banque aussi, monsieur. Mais on est pas impatients. »

La deuxième chaîne de l'ORTF diffuse Arsène Lupin de mars à juin 1971 et son accueil justifie la commande d'une deuxième saison de 13 épisodes (1973-1974).  Les scénaristes prennent des libertés avec l'oeuvre de Leblanc pour présenter un Arsène plus léger, comme dans Victor de la brigade mondaine. Alors que Paris n'a d'yeux que pour Josephine Baker, un homme prétendant être Arsène Lupin attaque une banque. Le commissaire Guerchard, ennemi juré du gentleman cambrioleur, est appelé sur les lieux mais le nouveau préfet de police (« J'ai réfléchi, j'ai examiné, j'ai computé et j'ai la solution. ») pense que quelqu'un pourrait obtenir de meilleurs résultats: Victor de la brigade mondaine, un inspecteur travaillant en Afrique et dont le visage est inconnu de tous en France métropolitaine... même du préfet.

Sauf que c'est Arsène Lupin qui arrive en Victor pour exposer un plan au préfet de police en haut de la Tour Eiffel. Il se fera passer pour Lupin déguisé en un cambrioleur britannique dénommé Andrew Lorchester afin de se capturer lui-même! Non sans avoir formulé des demandes exorbitantes au haut fonctionnaire crédule. Plus tard, Lorchester/Lupin fait la connaissance de la comtesse Natacha, la complice d'un homme qu'elle pense être Arsène Lupin. C'est en fait Bressacq, celui qui a attaqué la banque. Dirigé par Jean-Pierre Decourt, Victor de la brigade mondaine a été écrit par le journaliste, scénariste et auteur de théâtre Claude Brulé (Angélique, marquise des anges, Les liaisons dangereuses).

Georges Descrières brille dans un splendide hommage aux Années folles plein de fabuleux dialogues et de nombreuses références (dont un clin d'oeil à Louis Feuillade). Ce deuxième épisode introduit le personnage du Commissaire Guerchard (3), interprété avec brio par Roger Carel (1927-2020). Sa carrière a duré plus de 60 années durant lesquelles il est devenu un acteur de comédie apprécié, tant à la scène qu'à la télévision et au cinéma. Et surtout Roger Carel a gagné un statut de trésor national français dans l'art du doublage. Il a prêté sa voix à Jack Lemmon, Peter Sellers, Astérix, Kermit la grenouille, Benny Hill, David Suchet dans Poirot, Jerry Lewis et beaucoup d'autres.

« Vous êtes vraiment sûr que vous êtes vous? C'est tellement incroyable»

Guerchard était pour Carel l'occasion de montrer à l'écran la pleine étendue de son talent dans un de ces rôles sérieux qu'il pouvait obtenir plus facilement avec le doublage. La comtesse Natacha (« Je vous hais. ») est interprétée par l'actrice suisse Marthe Keller avant que La demoiselle d'Avignon (1972) ne fasse d'elle une vedette du petit écran. Puis elle a fait plusieurs films hollywoodiens comme Marathon Man ou Bobby Deerfield et a poursuivi une longue carrière. Bernard Lavalette, visage familier du théâtre de boulevard et de la télévision, est l'infortuné "préfet de la semaine". Avec également Pierre Massimi (Les secrets de la Mer rouge) dans le rôle de Bressacq, Jean Berger (4) (le ministre de l'intérieur), etc.

Les rediffusions ont contribué à faire de Georges Descrières le Lupin définitif pour des générations de téléspectateurs (mais pas forcément  pour les fans de Leblanc). Son charisme nonchalant et ses déguisements font de la série un plaisir particulier. La popularité d'Arsène Lupin doit aussi à la musique de Jean-Pierre Bourtayre. Le thème, arrangé par José Bartel, est illustré par un générique "bondien" conçu par Jean Fouchet pour Eurocitel. L'Arsène, la sublime chanson du générique de fin, a été composée par Bourtayre et Jacques Lanzmann pour Jacques Dutronc. Pierre Petit est le directeur de la photographie. Décors par Lucien Aguettant avec Charles Finelli.

Montage par Francine Grubert, Claude Pérol et Anne-France Marboeuf. André Deroual est le directeur de production. Costumes de Georges Descrières conçus par Création Georges Bril. Voitures fournies par le Musée d'Automobiles Autorama. En juin dernier Nouveau Monde Éditions a publié les 20 premières histoires d'Arsène Lupin par Maurice Leblanc sous leur forme originale (telles que publiées dans le magazine Je sais tout) et avec leurs illustrations d'époque. Un tome 2 avec 16 histoires supplémentaires a suivi ce mois-ci. La première saison d'Arsène Lupin sera disponible aux États-Unis et au Canada le 5 octobre, grâce au service de SVOD MHz Choice

(1) De 1960 à 1961, l'acteur de théâtre de cinéma, de télévision et artiste de doublage Michel Roux a prêté sa voix si caractéristique à Arsène Lupin dans plusieurs adaptations pour la radio. 
(2) Yvon Bouchard est doublé par Francis Lax dans certains épisodes.
(3) Le personnage s'appelait Inspecteur Ganimard dans l'oeuvre de Maurice Leblanc, sauf dans la pièce de théâtre Arsène Lupin (1908), où il s'appelait Guerchard
(4) Jean Berger oeuvrait aussi dans le doublage. Il était la voix française régulière de Patrick Macnee (parmi d'autres).
 
 

vendredi 17 septembre 2021

FACE À FACE - ÉPISODE 1 (FRANCE 2)

L'une est juge, l'autre flic. Elles sont demi-soeurs et ne peuvent pas se supporter. Elles travaillent ensemble et doivent vivre dans la même maison. 
 
Une sitcom américaine des années 1980? Non, une série policière en 12 épisodes de 52 minutes pour France 2.
 
Face à face (anciennement En quête de vérité) a pour vedettes Claire Borotra (La vengeance aux yeux clairs, Le mystère du lac) dans le rôle de la juge Justine Rameau et Constance Gay (Unité 42) dans celui de la commandant Vanessa Tancelin. À leurs côtés il y a Pascal Demolon (Commissaire Alain Rameau), Marc Ruchmann (Plan Coeur, Le chalet) dans le rôle du capitaine Grégory Kieffer et Clémentine Justine (Claire Sorel). La série a été créée par Anne-Charlotte Kassab (Léo Matteï, brigade des mineurs, Unité 42), Nassim Ben Allal (Les Chamois, Al Dorsey, détective privé) et Yann Le Gal (Léo Matteï, brigade des mineurs, Soupçons). 
 
Écrit par Anne-Charlotte Kassab et Nassim Ben Allal avec Yann Le gal, l'épisode 1 est en fait le premier de deux pilotes d'une heure réalisés par Julien Zidi (Le crime lui va si bien, Crimes parfaits) (1). Le personnage interprété par Marc Ruchmann est crédité "Grégory Marchois" dans ces deux épisodes. Un homme trouve le cadavre d'un autre homme sur le sol d'un bureau. Il le met sur une chaise et le pousse par la fenètre. Vanessa Tancelin, officier de police non-conformiste transférée à Strasbourg, arrive sur les lieux du crime. La victime, qui a fait une chute du 5ème étage d'une pépinière d'entreprise, était architecte.
 
Tancelin remarque le premier homme, qui était resté dans le coin, et enlève ses chaussures pour le poursuivre et l'arrêter. Puis un article du Code de procédure pénale apparaît à l'écran parce que quelqu'un a probablement pensé que ce serait une bonne idée. La commandant Tancelin fait la connaissance de Justine Rameau, juge d'instruction sur l'affaire. Ca ressemble au début d'une belle amitié ou un revival de Femmes de loi (2), la série à succès de TF1, mais il y a un piège. Enfin, seulement pour Justine qui ignore que Vanessa est sa demi-soeur. Édouard Koenig, leur père qui est juge également, ne lui a pas dit et maintenant elle est confrontée à la vérité tandis que le pauvre Édouard meurt sous leurs yeux à la veille d'un triple pontage. 
 
Les deux femmes sont choquées, toutefois le mari de Justine Rameau apprend l'arrivée de ce nouveau membre de la famille plutôt gracieusement. Après tout, Alain Rameau est le patron de Vanessa Tancelin. Au contraire, Justine ne peut faire face à la présence de sa demi-soeur. Elle ne lui donne pas la date des funérailles d'Édouard et Vanessa riposte en emménageant dans la maison familiale de Justine Rameau. La juge rigoureuse entame une guerre personnelle et professionnelle contre la flic instinctive. Cette première heure de Face à face dilue péniblement une série policière standard, au concept tiré par les cheveux (3), dans un mélodrame familial. 
 
Avec la participation d'Alain Doutey (Édouard Koenig) et Agnès Soral. Avec aussi Éric Savin (Cédric Rouget), Charles Templon (Nicolas Gauvin), Slimane Yefsah (Alexandre Baranes), Emma Ninucci (Margaux Rameau), etc. Produit par Troisième Oeil Story et France Télévisions avec RTL TVI et RTS (Radio Télévision Suisse). Thierry Langlois et Frédéric Bruneel sont les producteurs exécutifs. Produit par Sidonie Cohen de Lara et Sébastien Charbit. Ludovic Eyrolle est le directeur de production. Musique par Flemming Nordkrog et Romain Trouillet. Dominique De Wever est le directeur de la photographie.
 
Tourné avec le soutien de Région Grand Est et Strasbourg Eurométropole. Face à face a débuté le mois dernier sur RTL TVI. Distribué par Mediawan Rights (Mismatch est le titre international).
 
(1) Malheureusement, Julien Zidi est décédé dans un accident de moto en mai.
(2) Femmes de loi (2000-2009) était une série centrée sur une substitut du procureur et une lieutenant de police.
(3) "Un crime. Deux visions. L'une veut trouver les coupables, l'autre qu'ils soient condamnés. Instinctive, Vanessa, la flic, s’affranchit des règles pour arrêter les assassins. Procédurière, Justine, la juge, s’assure que le coupable soit condamné. Un seul point commun : leur père. Demi-sœurs, elles sont condamnées à vivre et travailler ensemble." (Communiqué de presse).
 

mardi 7 septembre 2021

THIRD MAN OUT: A DONALD STRACHEY MYSTERY (2005, HERE TV)

Donald Strachey est la quintessence du détective privé, un digne héritier de Philip Marlowe, mais avec une différence... Il est gay. Third Man Out (2005) est le premier de quatre excellents téléfilms basés sur une série de livres.  

Donald Strachey a été créé par le journaliste et écrivain Richard Lipez, qui est ouvertement gay, sous le pseudonyme de Richard Stevenson. Strachey vit à Albany (état de New York) avec son partenaire de longue date Timothy "Timmy" Callahan, l'assistant d'une sénatrice, et enquête souvent sur des affaires qui concerne la communauté gay locale. Seize romans de la série des Donald Strachey Mysteries ont été publiés entre 1981 et 2019 (1). Curieusement, seulement un quart ont été adaptés.

« I've heard about you. You're that little Nancy boy Drew running around town causing trouble. »

De 2005 à 2008, la chaîne américain premium LGBT Here TV a diffusé quatre téléfilms tournés au Canada avec Chad Allen (Docteur Quinn, femme médecin) dans le rôle de Donald Strachey et Sebastian Spence (First Wave) dans celui de Timothy Callahan: Third Man Out (2005), Shock to the System (2006), On the Other Hand, Death (2008) et Ice Blues (2008). Ils étaient tous dirigés par le réalisateur Ron Oliver (Queer as Folk, Psi Factor). Tiré du quatrième livre, Third Man Out a été écrit par Mark Saltzman.

Un assaillant inconnu tente de tuer l'activiste gay John Rutka dans sa propre maison. Eddie Santon, son compagnon, demande de l'aide au détective privé Donald Strachey. Donald accepte l'affaire avec réticence car Rutka est connu pour faire de l'outing (2) de personnalités qu'il considère comme hypocrites. Il sauve son client d'un incendie dans sa maison mais finit par penser que John et Eddie ont mis en scène les attaques et  décide de ne plus s'occuper du dossier. Lorsque John Rutka est retrouvé mort, Strachey fait face aux reproches de Santon et reprend son enquête. 

Pour sa prochaine cible, Rutka était sur le point de choisir entre Bruno Slinger du Congrès, le marionnettiste de la télévision Ronnie Linklater et une troisième personne non-identifiée. Third Man Out réussit à combiner le mystère et une atmosphère de film noir avec la romance. Chad Allen est convaincant en détective privé dès sa première scène (la voiture de Strachey est une vieille Toyota Tercel). L'aspect romantique des téléfilms de Donald Strachey vient de la relation entre Donald et Timmy, influencée par la série cinématographique des Thin Man (1934-1947) et son duo d'époux détectives Nick et Nora Charles (3).

L'entente entre Chad Allen — acteur gay victime d'un outing par un tabloïde en 1996 et Sebastian Spence, qui est hétérosexuel, est essentielle au charme de ces adaptations. Bien que leurs personnages soient issus de mondes différents (Donald a un passé militaire, le père de Timmy est un parlementaire républicain), ils sont engagés l'un envers l'autre et vivent heureux dans une maison en perpétuelle rénovation avec leur chien Dr. Watson. Un endroit où le couple savoure toujours un Martini à la fin de la journée.

« Timmy, I think maybe you'd better take Dr. Watson for a walk.
- I just did.
- I think he needs to go again.
- Okay. Excuse me while I out my dog for the good of us all. »

Dans Third Man Out, Strachey fait la connaissance du Détective Bub Bailey (Daryl Shuttleworth). Il rencontre aussi un réceptionniste d'hôtel du nom de Kenny Kwon. Il s'agissait au départ d'un petit rôle dans le premier téléfilm mais l'acteur Nelson Wong est revenu dans les autres, cette fois pour être l'assistant de Donald. Depuis Ice Blues, le dernier Donald Strachey, Wong a interprété des personnages dénommés "Kenny Kwon" dans plusieurs téléfilms Hallmark réalisés par Ron Oliver. Tant les fans de Hallmark Channel que de Wong appellent ces participations "le Kennyverse". La dernière en date est dans A Timeless Christmas (2020). 

John Rutka est joué par l'acteur de théâtre et de télévision canadien Jack Wetherall (Queer as Folk). Sean Young (Blade Runner) est Ann Rutka. Le reste de la distribution de Third Man Out inclut Woody Jeffreys (Eddie Santon), Matthew Rush (Dik Steele), April Amber Telek (Alice Savage), John Moore (Évêque McFee), Alf Humphries (Père Morgan), P. Lynn Johnson (Sénatrice Dianne Glassman), Kirsten Williamson (Coroner DaVinci) dans le rôle de Meredith, David Palffy (Stargate SG-1) dans celui de Bruno Slinger, Sean Carey (Ronnie Linklater),  Richard Ian Cox (L'étalon noir) dans le rôle de Howie, etc.

Produit par Shavick Entertainment (La nouvelle Famille Addams), Insight Film and Video Productions Ltd et Barry Krost. Paul Colichman et James Shavick sont les producteurs exécutifs. Randy Zalken est le coproducteur exécutif.  Produit par Kirk Shaw. Stacey Belecos Shaw est la productrice associée. C. Kim Miles est le directeur de la photographie. Musique par Ronnie Way et Bill Cunningham. In Heat, In Love composé Peter Allen (paroles de Dave Hudgins) et interprété par Sibel Thrasher, qui apparait dans le téléfilm.

Martinis by Moonlight composé par Ronnie Way et Bill Cunningham et interprété par Ronnie Way. Montage par Tony Dean Smith. Rick Whitfield est le  directeur artistique. Victoria Soderholm est la décoratrice de plateau, assistée d'Andrew Ried. Générique conçu par Krista Lomax. Une présentation Here! Films/Regent Entertainment. Chad Allen a arrêté le métier d'acteur (et de producteur) en 2015 pour devenir psychologue.  Third Man Out et les autres Donald Strachey Mysteries adaptés pour la télévision (4) sont une célébration des histoires de détectives.

(1) Les trois premiers romans ont été édités en France chez Gallimard (Série Noire).
(2) L'outing est la révélation publique par un tiers de l'homosexualité d'une personne sans le consentement de celle-ci.
(3) Voir le documentaire Martinis & Murder: Inside the Donald Strachey Mysteries (2009).
(4) Tous sortis en DVD dans l'hexagone il y a quelques années en VOST.