mercredi 18 novembre 2009

L'ALTERNATIVE DU DIABLE

Hier soir, la chaîne de la télévision numérique terrestre NRJ12 a diffusé les deux premiers épisodes de Torchwood: Les enfants de la Terre, la mini-série évènement (et saison 3 de Torchwood) diffusée l'été dernier sur BBC One au Royaume-Uni.

NRJ12 conserve l'aspect évènementiel avec deux soirées spéciales (Mardi 17 et Mardi 24 novembre) et une promotion importante dans un pays où la saison 4 de Doctor Who ne sortira pas en DVD.

Les survivants de Torchwood Cardiff (après les pertes de la saison 2) vaquent à leurs "occupations courantes" lorsque tous les enfants s'arrêtent mystérieusement partout au même moment pour se livrer à un remake du Village des damnés. L'incident provoque l'émoi dans les cercles du pouvoir et John Frobisher, un officiel gouvernemental qui a une idée assez précise de ce qui est en train de se passer, en réfère au 10 Downing Street.

Mais le Premier ministre ne veut rien savoir et fait de Frobisher son agneau du sacrifice. Pendant que le capitaine Jack Harkness et son équipe offrent leur assistance au Home Office, John Frobisher choisit d'ordonner l'élimination des membres de Torchwood et envoie une impitoyable tueuse pour se débarasser de chacune des personnes impliquées. "We are coming" ("nous arrivons") crient en choeur les enfants de la Terre.

MI-5: Les enfants de la Terre? Torchwood: Children of Earth est un astucieux mélange des genres entre Michael Crichton et Frederick Forsyth avec une touche de classiques de la SF. Les clins d'oeil à l'espionnage et à la section D de Thames House sont partout dans la mini-série depuis la femme assassin à la solde du gouvernement (une espèce de Ros Myers en beaucoup moins réfléchie) jusqu'au technicien cynique qui partage avec Frobisher beaucoup de secrets et qui ressemble à une version sombre de Q dans les James Bond.

Russell T. Davies, John Fay et James Moran (les scénaristes) prennent des risques audacieux de ceux que la télévision britannique est capable de prendre au sommet de sa forme, avec des rebondissements spectaculaires voire déroutants. C'est clairement la fin de Torchwood tel que nous le connaissions et ils poursuivent l'exploration des vies personnelles de leurs personnages, allant plus loin que jamais dans leurs émotions et leurs dilemmes jusqu'au point de la tragédie.

John Barrowman (Jack), Eve Myles (Gwen), Gareth David-Lloyd (Ianto), Kai Owen (Rhys) et Tom Price (PC Andy) sont de retour. La distribution invitée est fabuleuse: Peter Capaldi - qui garde le costume de son Malcolm Tucker de la série The Thick of It (1) pour le rôle de Frobisher, Nicholas Farrell (vu il y a peu dans Collision), Lucy Cohu, etc. La bande originale, absolument magnifique, est de Ben Foster et Euros Lyn réalise.

La sortie prochaine du très attendu coffret DVD édité par Koba Films Vidéo (dont les coffrets des saisons 1 et 2 sont des réussites) permettra de savourer Torchwood: Les enfants de la Terre en version originale. Children of Earth est de la télévision brillante et sans concession. Une sorte de thriller de science-fiction littéraire pour l'écran, un chef-d'oeuvre ainsi qu'un futur classique. Et une création originale en ces temps de remakes non nécessaires.

Pas un numéro. Ne clignez pas des yeux.

(1) Un clone politique de The Office en beaucoup moins drôle.

4 commentaires:

Joëlle a dit…

Hier soir, à la fin, j'ai dit à ma fille "ça a un petit côté MI-5"... Hé, j'étais pas loin ! ;-)
Un peu surprise quand même par ces deux premiers épisodes. Je ne peux pas dire "agréablement surprise" ... C'est tellement différent des "autres" Torchwood. Va falloir s'habituer et regarder la suite.
A la fin du deuxième épisode, on était un peu à bout de souffle. Des rebondissements, OK, mais on se demandait comment ils allaient sauver ce pauvre Jack Harkness particulièrement malmené par les émchants. Et, soudain, ça s'est accéléré... peut-être un peu trop d'ailleurs. Perso, j'ai eu l'impression qu'ils s'étaient trouvés "pris par le temps" (durée de l'épisode) et qu'il fallait qu'ils en finissent rapidement. A moment donné, j'ai même regardé s'il n'y avait pas un troisième épisode pour arriver à libérer le capitaine. Ben non, ils ont employé les grands moyens mais la relation action/espace/temps n'était pas dans le "rythme" du reste des deux épisodes.
Mais bon, plaisir quand même !

LadyElessar13 a dit…

merci pour cette superbe critique Monsieur Attard ! Connaissez-vous les audiences car impossible de les dénicher :(

THIERRY ATTARD a dit…

Bonjour,

Merci beaucoup.

Non, je ne connais pas les chiffres d'audience.

Cordialement,

T.A

LadyElessar13 a dit…

Merci beaucoup pour votre réponse !!!

Sachez que je tiens à vous remercier car vous êtes vraiment l'un des seuls à (re)connaître le merveilleux univers de Doctor Who, à le défendre et à l'aimer comme nous autres fans. J'espère qu'un jour ce petit bijou sera connu à sa juste valeur dans notre pays. Merci encore une fois pour cette superbe critique.