mardi 20 janvier 2015

ARSÈNE LUPIN - SAISON 1 (KOBA FILMS)


À François JAUBERT

L'Europe à la fin des années 1920. Élégant et charmeur, Arsène Lupin est un gentleman cambrioleur qui vole sans violence. Insaisissable, ce maître du déguisement ridiculise les autorités. Les meilleurs enquêteurs ne peuvent l'arrêter, bien que lui-même aime utiliser son intelligence pour jouer les détectives. Spécialement si une jolie femme est impliquée. 

Arsène Lupin (1971-1974), avec Georges Descrières, est une des séries les plus populaires de l'Histoire de la télévision française. En décembre 2014, Koba Films a sorti un coffret DVD quatre disques de sa première saison.

« Voler oui! Et encore, à condition de ne voler que des nantis, que des injustes ou des exploiteurs. Et d'ailleurs Lupin ne vole pas. Il rétablit l'équilibre.  »

Créé par l'écrivain français Maurice Leblanc (1864-1941), Arsène Lupin est apparu dans 39 nouvelles et 17 romans entre 1905 et 1939. Plusieurs acteurs l'ont interprété au cinéma, dont Robert Lamoureux en 1957 et 1959. En 1960, Jean Gascon joue Lupin dans une adaptation du roman L'Aiguille creuse pour la télé canadienne. Durant la décennie, le scénariste et réalisateur Jacques Nahum essaie de convaincre la télévision française de l'intérêt de faire d'Arsène Lupin une série. Nahum, qui avait adapté Le Saint avec le film Le Saint mène la danse (1960), voulait transposer les aventures de Simon Templar pour le petit écran mais n'avait pu obtenir les droits.

Fin 1968, L'Office de Radiodiffusion-Télévision Française décide de produire Arsène Lupin avec Mars International Productions (la société de Jacques Nahum) et Pathé. L'acteur de théâtre et de cinéma Georges Descrières (de la Comédie-Française) est choisi pour le rôle-titre en 1969. La chaîne allemande WDR, Radio-Canada, les Autrichiens d'ORF, la télévision belge, les Hollandais de NCRV, la RAI et les Suisses deviennent coproducteurs. Ce financement international permet un budget confortable et fait voyager Lupin en Europe avec son chauffeur Grognard (Yvon Bouchard) (1) durant la presque totalité des 13 épisodes d'une heure. Les scénaristes prennent des libertés avec l'oeuvre de Leblanc pour présenter un Arsène Lupin plus léger.

1. Le Bouchon de cristal. Lupin doit sauver son protégé Gilbert de la guillotine après qu'un cambriolage chez le richissime Daubrecq ait mal tourné. Un début de série impeccable, adapté par Jacques Nahum & René Wheeler et réalisé par Jean-Pierre Decourt. Avec Nadine Alari (Clarisse) et Daniel Gélin (Daubrecq).

2. Victor de la Brigade Mondaine. Adapté par Claude Brulé et réalisé par Jean-Pierre Decourt. Le nouveau préfet a une arme secrète contre Arsène Lupin: l'inspecteur Victor. Ce travail splendide de Brulé (« Vous êtes vraiment sûr que vous êtes vous? ») introduit le commissaire Guerchard (Roger Carel, brillant), ennemi juré de Lupin, et la comtesse Natacha (Marthe Keller), complice d'Arsène.

3. Arsène Lupin contre Herlock Sholmes. Quelqu'un a tué le banquier Raoul Dautrec mais lui a laissé son "Diamant Royal". Un classique de Claude Brulé réalisé par Decourt. Henri Virlojeux et Marc Dudicourt sont Herlock Sholmes (« Mon cher et fidèle ami. ») et Wilson (« Mon cher et grand ami. »), parodies de Holmes et Watson.

4. L'arrestation d'Arsène Lupin. Lupin est capturé. À moins que... Une autre perle de Brulé et Decourt et une interprétation de Roger Carel digne d'une récompense.

5. L'Agence Barnett. Adapté par Nahum & Wheeler et dirigé par Jean-Pierre Decourt, cet épisode inégal se concentre principalement sur les tribulations de l'inspecteur Béchoux (Jacques Balutin).

6. La demoiselle aux yeux verts. Adapté par Albert Simonin (Les Barbouzes) avec les époux Rolf & Alexandra Becker (Dickie Dick Dickens) et réalisé par Dieter Lemmel. Cette oubliable production Bavaria Atelier pour la WDR ressemble plus à un croisement entre Le Saint et Le comte Yoster a bien l'honneur (Graf Yoster gibt sich die Ehre, 1967-1976), autre série Bavaria, qu'à Lupin. Avec Kathrin Ackermann dans le rôle de Lady Dora Bakefield.

7. La chaîne brisée. Écrit par Jean Marcillac. Adapté par Jacques Armand et réalisé par Paul Cammermans. Arsène Lupin est en Hollande pour cette histoire d'espionnage étonnamment réussie.

8. La femme aux deux sourires. Adapté par Albert Simonin, Dussio Tessari, Adriano Baracco et le réalisateur Marcello Baldi. L'icône italienne Raffaella Carrà joue Antonina dans cette farce déplorable produite par Ultra Film pour la RAI.

9. La chimère du calife. Adapté par Simonin et R & A. Becker. Réalisé par Dieter Lemmel et produit par Bavaria. Avec Gunnar Möller et Bernd Schäfer dans les rôles de Fox et Robertson, pâles copies de Sholmes et Wilson.

10. Une femme contre Arsène Lupin. Adapté par Jacques Armand. Réalisé par Tony Flaadt. Produit par Regusci Film pour SSR. François Simon et Louis Arbessier ne peuvent sauver cette étape suisse de l'ennui.

11. Les anneaux de Cagliostro. Un épisode autrichien modérément amusant adapté par Georges Grammont et R & A. Becker. Réalisé par Wolf Dietrich.

12. Les tableaux de Tornbüll. Écrit par J. Namus. Adapté par Georges Grammont et R & A. Becker. Réalisé par Wolf Dietrich et produit par Bavaria. Lady Bakefield (Kathrin Ackermann) revient dans ce laborieux escamotage de toiles.

13. Le Sept de coeur Une excellente conclusion holmesienne par la Radio Télévision Belge adaptée par Nathan Grigorieff et réalisée par Jean-Louis Colmant. Raoul de Manez interprète Maurice Leblanc lui-même.

La deuxième chaîne de l'ORTF diffuse Arsène Lupin de mars à juin 1971 et son accueil justifie une deuxième saison (1973-1974). Les rediffusions ont contribué à faire de Georges Descrières le Lupin définitif pour des générations de téléspectateurs (mais pas forcément  pour les fans de Leblanc). Entouré de visages français familiers de l'époque (Bernard Lavalette, Pierre Massimi, Monique Tarbès...) ou bien à l'étranger, le charisme nonchalant de Descrières et ses déguisements font de la série un plaisir particulier. La popularité d'Arsène Lupin doit aussi à la musique de Jean-Pierre Bourtayre. Le thème, arrangé par José Bartel, est illustré par un générique "bondien" conçu par Jean Fouchet pour Eurocitel.

L'Arsène, la sublime chanson du générique de fin, a été composée par Bourtayre et Jacques Lanzmann pour Jacques Dutronc. Les bonus du coffret Koba Films incluent une vidéo de Dutronc chantant une autre (très bonne) version de la chanson, une biographie de Maurice Leblanc et un texte sur la vie de Lupin.

(1) Yvon Bouchard est doublé par Francis Lax dans certains épisodes.

http://www.kobafilms.fr/nouveautes/arsene-lupin---saison-1-413.html
http://arsenelupingc.free.fr/index.php 
http://www.ina.fr/video/CPF86626021/les-coproductions-a-l-ortf-une-interview-d-yves-jaigu.fr.html
http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/annees-1970/arsene-lupin-1971-1974 


Voir également:

- Les nombreuses vies d'Arsène Lupin par André-François Ruaud (Moutons électriques, 2005).
- Génération télé par Thierry Wolf & Stéphane Lenoir (Les Belles lettres/F.G.L, 1994).

Aucun commentaire: