lundi 26 décembre 2011

DANS LES BOIS

Doctor Who - The Doctor, The Widow and the Wardrobe. Hier BBC One a diffusé un délicieux moment de mystère et de suspense se déroulant dans une forêt enneigée. The Gruffalo's Child était magnifique, une superbe façon de patienter avant le très attendu évènement télévisuel de ces vacances de Noël 2011: le spécial de Downton Abbey sur ITV1. Dans l'intervalle la Beeb a diffusé un épisode de Doctor Who.

Doctor Who est synonyme d'inquiétude pour ses loyaux fans ces temps-ci: des changements dans l'équipe de production, des interrogations à propos du calendrier de la saison 7 et son nombre d'épisodes, ce qui semble être des problèmes de communication autour des rumeurs d'un projet de film, etc. Tout ceci après une sixième saison totalement insatisfaisante, avec ses nombreux problèmes d'arbitrage budgétaire et d'écriture. Alors que la célébration du 50ème anniversaire de notre seigneur du temps favori se rapproche, Doctor Who Confidential a été supprimé, Torchwood restera dans les mémoires comme un sujet de raillerie planétaire, et la merveilleuse Elisabeth Sladen nous manque.

Dans The Doctor, The Widow and the Wardrobe, le Docteur (Matt Smith) s'échappe d'un vaisseau spatial avant sa destruction, tombe dans l'espace et doit attraper une combinaison avant d'atteindre la Terre. Il "s'habille à la hâte" et s'écrase dans l'Angleterre de 1938, où il est sauvé par Madge Arwell (Claire Skinner). Trois ans plus tard, durant la Seconde guerre mondiale, Reg, le mari de Madge (Alexander Armstrong), est présumé avoir été tué alors qu'il tentait de ramener son bombardier au pays. Marge veut attendre que Noël soit passé pour annoncer la triste nouvelle à ses enfants, Lily (Holly Earl) et Cyril (Maurice Cole), la famille devant passer les fêtes chez leur oncle Digby. La maison a un nouveau gardien, le Docteur, qui paye toujours ses dettes.

Vendu en 2010 comme le "most Christmassy Christmas special ever", A Christmas Carol était en réalité très mauvais: Dickens fait Top of the Pops, avec Michael Gambon dans le rôle de Scrooge, la soprano Katherine Jenkins, et le requin des Dents de la mer. Cette fois Steven Moffat, le patron de Doctor Who, explore le territoire de l'écrivain C.S. Lewis avec un clin d'oeil à The Lion, the Witch and the Wardrobe. Et passé le pré-générique aussi gratuit que tremblant, et les irritantes scènes avec Matt Smith en Willy Wonka dans L'Apprentie sorcière, les téléspectateurs peuvent embarquer pour une histoire étonnamment plus fidèle à l'esprit de Noël que le gâchis de l'année dernière.

Bien sûr la majorité de l'éclairage de cet épisode semble fait avec des bougies - comme dans beaucoup de séries actuelles de la BBC - et certains effets spéciaux sont maladroits voire embarassants, mais
The Doctor, The Widow and the Wardrobe arrive à fournir un spectacle familial dans la moyenne. Ce qui est bien plus que ce qu'on peut dire de la saison 6, spécialement le désastreux The Wedding of River Song. D'ailleurs, au contraire de la saison précédente, le spécial fait un bon usage des talents de ses acteurs invités - particulièrement le grand Bill Bailey. Les Harvest Rangers d'Androzani Major (alerte référence!) sont un pur bijou de comédie.

Ce "spécial" de Noël 2011 n'apporte rien à la mythologie mais au moins il ne la bafoue pas. Une consolation en ces temps incertains. Oh, on aurait pu se dispenser des Pond.

Réalisé par Farren Blackburn.

1 commentaire:

Ludo a dit…

Sans oublier la fabuleuse fausse larme de notre Docteur...:-)